Mam'zelle Rêve

Nantes pour les 0-3 ans

Et si …. On arrêtait les usines à Bébés

En France, il y a beaucoup de bébés et pas assez de place en crèche. C’est un fait, mais est-ce que l’on doit, pour autant, accepter tout et n’importe quoi, sous couvert que ça crée des places et répond à la demande ? Pour y avoir travaillé, certaines crèches sont vraiment des usines à bébés où la qualité d’accueil passe après la rentabilité et où la bientraitance des enfants mais aussi du personnel n’est qu’une illusion.

Pour la petite histoire, le gouvernement avait pour objectif de créer 500 000 places de crèches supplémentaires afin de couvrir les besoins et attentes des parents. S’en est suivi un décret (Le décret Morano) qui a assoupli les règles d’accueil dans les EAJE (crèches, multi-accueil…). Ainsi, les crèches peuvent accueillir jusqu’à 20% d’enfants en plus que leur capacité d’accueil, alors que leur locaux ne sont pas toujours adaptés et leur personnel pas en nombre suffisant. Le décret permet aussi qu’il n’y ait que 40% du personnel qui soit diplômé (éducateurs, auxiliaires de puériculture…).

C’est à peu près à cette période que se sont développées les entreprises de crèches. Ce sont des entreprises qui créent des crèches (parfois des centaines sur toute la France) et qui commercialisent des berceaux aux entreprises et collectivités alentours. Ils parlent avec des termes économiques et ont un service marketting, communication… Une vraie entreprise !!!

Avec cette logique lucrative et cette souplesse de la loi, difficile d’imaginer l’enfant pris en compte et respecté. J’en ai fait la triste expérience. Le projet était très beau (les services marketting et communication avaient bien travaillé) mis la réalité fut tout autre.

Comment peut-on accepter de laisser une professionnelle seule avec 14 enfants (10-18 mois), parce que sa collègue est absente et que la politique de la crèche est de na pas la remplacer ? Comment peut-on accepter qu’une professionnelle ne puisse pas soigner une enfant blessée parce qu’elle est seule dans sa section avec une dizaine d’enfants et qu’elle ne peut pas les quitter pour aller chercher de la glace ? Comment peut-on accepter 25 bébés dans une salle agrée par le PMI pour 16 enfants ? Comment peut-on accepter que deux enfants partagent le même lit car il n’y en pas assez pour tout le monde ? Comment peut-on fermer les yeux ? Parce que ça arrange les parents ? Parce que c’est mieux que de ne pas avoir de place ? Parce qu’il faut bien travaillé ? Parce que les professionnelles n’ont pas d’autres propositions ailleurs ?

Comment peut-on comprendre qu’après un signalement, la PMI se déplace un vendredi après-midi (alors que la majorité des parents de cette crèche ne travaillent pas) et en reste là ? Comment peut-on comprendre qu’après des plaintes à la médecine du travail, rien ne change ? L’entreprise qui paie des places pour ses salariés ne devrait-elle pas être au courant ?

Il faut que les choses changent. Oui il faut des places d’accueil pour les jeunes enfants mais il faut surtout que la qualité d’accueil soit la priorité. Il faut que le personnel soit en nombre suffisant pour pouvoir répondre aux besoins des enfants (à tous les besoins, pas seulement dormir et manger) et accompagner les parents.

Bien sûr, toutes les crèches ne sont pas ainsi. Mais de vraies améliorations peuvent être faites et je pense que chacun a sa responsabilité, les parents aussi. Et si on s’investissait dans le projet de la crèche ? Et si on participait aux conseils de crèche ? Et si on rejoignait le collectif « Pas de bébés à la consigne » qui milite pour la qualité d’accueil ?

Et si la PMI était plus cool avec les professionnelles qui cherchent à créer une MAM ? Et si les mairies les aidaient à trouver un local ?

Et si … On changeait les choses….

 

12 Comments

  1. Bravo pour votre article et bon courage aux petits qui fréquentent ces usines à bébés !
    Et si … on parlait aussi des assistantes maternelles qui proposent une excellente qualité d’accueil (au lieu de toujours mettre en avant celles qui sont en difficulté) ? Et si … on valorisait ce merveilleux métier en formant mieux ces professionnelles qui travaillent à domicile ? Et si … on nous intégrait à des réseaux (psychomotriciennes, psychologues, diététiciennes, orthophonistes …) pour que nous ne nous sentions pas seules face aux difficultés des familles ? Et si … on nous entourait de bienveillance, de conseils et de soutien, au lieu de parler uniquement de contrôle ? Et si … Et si …
    Françoise, auteure de « Une vraie vie de nounou »
    PS : le collectif « Pas de bébé à la consigne » est contre la création de Mam, à ma connaissance.

  2. HEROUARD Catherine

    19 février 2016 at 8 h 43 min

    Merci pour cet article Mamzelle…un éclairage intéressant;une prise de position claire et argumentée;j’apprécie!!

  3. Cela fait froid dans le dos ! Pauvres petits bouts de chou. Je plains aussi les professionnels de la petite enfance qui sont obligés de travailler dans ces conditions.

    • C’est vrai qu’ils sont vite plongés dans un univers pas très drôle mais pas tous heureusement, il y a de chouettes crèches, de chouettes assistantes maternelles, de chouettes grands-parents….

  4. Tout à fait d accord avec ce poste …. et sur les MAM !!!!

  5. Directrice d’une Creche inter entreprises je ne peux pas accepter votre opinion. Je peux vous assurer que dans ma Creche il y a une qualité d’accueil que peu de crèches municipales ou meme associatives ont. C’est une petite Creche ou la qualité est vraiment prise en compte.

    Quant aux MAM il s’agit de trois assistantes maternelles qui se réunissent en un lieu mais il ne faut pas oublier que dès nounou n’ont que très peu de formations, aucune notion de psychologie, peu de budgets ….

    Bref je ne suis pas du tout d’accord avec votre article.

    • Je parle bien sûr de mon expérience et de celle de mon entourage mais je dis bien que toutes les crèches sont différentes. Pour les assistantes maternelles, pas de généralité non plus, il y en a des très bien et d’autres moins.

    • Assistante Maternelle Agréée, je pense que partout nous pouvons trouver le meilleur comme le pire. Quant au manque de formation pour les assistantes maternelles, c est souvent plus un problème d isolement et de disponibilité pour s y rendre qui pose soucis. Les structures et moyens pour y répondre se développent de plus en plus.  » Aucune notion de psychologie » ??!! Je n en vois pas l ombre non plus dans votre réponse . La guerre des clans me paraît encore longue, tant que les mentalités n évolueront pas, les premiers concernés, n ont pas fini d en pâtir …

    • Choquée? Cette intervention est bien révélatrice de l’état des lieux d’accueil. Chacun dans son coin, dans une hiérarchie des valeurs. En bas les assistantes maternelle, « les nounou peu qualifiées aucune notion de psychologie », puis les MAM qui sont un regroupement de « nounou peu qualifiées… » Et au dessus les crèches. Ahhhh! Le temple du professionnalisme, de l’équipe qualifiée, et du bébé heureux. Et tout au dessus la PMI. le chef d’orchestre qui tolère, cautionne, encourage une belle confusion. Votre regard sur les personnes qui s’occupent de jeunes enfants est un apriori, un tissu de préjugés. Je vous invite donc à visiter ces crèches d’entreprise. La plupart de mes collègues de l’époque et moi même pourraient décrire leurs conditions de travail comme mamzelle rêve l’a fait. Là où j’étais c’était les petits chaperons rouges. Un scandale surtout pour les salariées auprès des enfants qui malgré leur bonne volonté et leur professionnalisme finissent dégoûtées par ce travail. Les ass mat? Les MAM? quelle est leur part de responsabilité? A qui revient la responsabilité, sur le marché du travail, d’ass mat aux profils fragiles, douteux, incompétents voire dangereux? A qui revient l’accompagnement de structures encore expérimentales comme les Mam? A la Pmi qui donne des agréments a tout va mais qui n’est jamais inquiétée en cas de signalement. Là où je vis accompagnement des MAM : Nul. Zéro. Je m’étais également interrogée sur sa place en crèche d’entreprise sur le ratio professionnels/ nbre d’enfants. Leur sécurité (pas d’ombrage à l’extérieur …), qualité des aliments déplorables. Rythmes physio non respectés. Des bébés goûtaient a 15h30 mais pouvaient quitter la crèche a 19h30 sans autre repas. Enfin on pourrait en faire un livre. Donc Sylvie, je vous invite à visiter vos collègues de crèches d’entreprise et d’interroger non pas la direction mais celles et ceux surble terrain. Je vous invite aussi a visiter des ass mat et Mam. Car créer une Mam et y travailler nécessite un panel plus large de champs de compétences qu’un unique poste de direction. Cat en plus de diriger, comptabilisiser, faire du management, du relationnel de la communication- il y a toute la logistique quotidienne, l’accueil des enfants et de leurs familles, la conception d’un projet que tout le monde applique. Bref, cela demande certaines qualifications et un certain sens de la psychologie. Enfin, Sylvie, je vous inviterai a ne plus nourrir cette question de l’accueil dans une attitude défensive ou attaquante, en maintenant des jugements de valeur infondés et dont la responsabilité revient en grande partie a un organisme qu’on appelle conseil général et a qui surtout on ne dit rien. Non, c’est tabou. On ne leur fit rien car c’est eux qui décident , qui nous donnent ou pas le droit de travailler. Cette façon d’appréhender les choses a donné ce que nous vivons encore: Rivalités, jugements de valeur, pas de cohésion, pas de federation ni d’unité. Comme « pas de 0 de conduite pour les enfants serait contre les MAM »! Notre domaine d’activité reste pour ces raison peu ou pas reconnu, isolé, sous payé, féminin et schizophrène. Réveillons nous au lieu de nous tirer dans les pattes ou de faire l’autruche… Bonne journée

  6. Tout à fait d’accord. J’en ai fait l’expérience en multi accueil municipal. Écoeurée… je suis partie en congé parental et j’espère ne plus travailler en crèche ou en tout cas dans d’autres dispositions. Sinon à quoi ça sert tout ce qu’ on apprend!!! Les enfants d’abord!

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

© 2017 Mam'zelle Rêve

Theme by Anders NorenUp ↑