La motricité libre, c’est un grand mot, très répandu dans le milieu professionnel et dont les parents entendent de plus en plus parler. Mais c’est quoi exactement?

C’est une approche du développement de l’enfant qui a été développée par Emmy Pikler, pédiatre hongroise. Dans les années 1950, elle observe les enfants de la pouponnière qu’elle dirige et développe une vision très novatrice de leur développement et de leurs besoins. Pour le Dr Pikler, l’enfant n’est pas un être vide qu’il faut nourrir et changer. Il est acteur de son développement, capable d’exprimer des besoins et d’entrer en relation. L’adulte a donc un rôle primordial pour écouter l’enfant, verbaliser et mettre du sens sur ce qu’il lui arrive.

Elle développe la motricité libre dans ce sens. Il s’agit de confiance dans les capacités motrices de l’enfant. Il s’agit aussi de lui laisser la possibilité d’évoluer à son rythme dans un environnement riche. Il ne s’agit pas, bien sûr, de le délaisser sur sa couverture mais de l’accompagner, l’encourager, sans faire à sa place ou le mettre dans une position qu’il n’a pas encore acquise. L’enfant passe par des étapes fondamentales qu’il faut respecter.

ob_359f8e_motricite-libre

Un enfant qui est mis assis, par exemple, ça va lui plaire au début, surement. Mais il n’a, souvent, pas le dos assez musclé pour maintenir cette position. Et puis, s’il en marre et qu’il veut bouger, il se retrouve bloqué (puisqu’il n’a pas fait toutes les étapes pour y arriver). La seule solution est donc de se laisser tomber en arrière ou de se jeter en avant, pas très rassurant!!!

motricite_libre_assis

Pour l’avoir observée et beaucoup pratiquée, la motricité libre permet à l’enfant d’être beaucoup plus stable, de limiter les chutes et de mesurer le danger. L’enfant avance à son rythme, mais lorsqu’il se lance, c’est qu’il est prêt. Par exemple, lorsqu’il marche, il y a peu de chutes et la marche est bien stable.

motricite_libre_marche

L’enfant a, donc, besoin d’être au maximum allongé sur le dos, bien à plat. C’est dans cette position qu’il pourra le mieux se mouvoir (on limite donc l’utilisation du transat ou cosy). Il a aussi besoin d’espace. S’il est toujours dans le parc, il ne pourra pas beaucoup se déplacer.

L’adulte encourage, met des mots sur les expériences de l’enfant et l’accompagne avec bienveillance, en acceptant qu’il n’y arrive pas tout de suite et en comprenant ses frustrations.

Et en guise de prévention, n’utilisez pas de trotteurs, ils sont néfastes pour le développement moteur et physique. Faites sans…..

107219873